You are here
Home > Agro Business > Sénégal: Abdoulaye Baldé – ‘L’agrobusiness et l’exploitation agricole familiale vont de pair’

Sénégal: Abdoulaye Baldé – ‘L’agrobusiness et l’exploitation agricole familiale vont de pair’

Les grands projets agricoles ne sont pas en concurrence avec les exploitations familiales, a déclaré lundi le nouveau ministre sénégalais de l’Agriculture et de l’Équipement rural, Abdoulaye Baldé, qui a rejeté les accusations d’accaparement des terres portées contre l’agro-industrie.

« L’agrobusiness et l’exploitation agricole familiale vont de pair. Ces deux approches ne sont plus exclusives. Elles ne sont pas concurrentes ni au niveau des terres ni au niveau des ressources », a-t-il souligné, en marge de l’ouverture du « Agribusiness Forum 2012 ».

Consacré au thème du « Partenariat, de l’investissement et de la technologie », ce forum se tient sur trois jours.

« L’agrobusiness est une approche qui vient compléter le système qui existe. Son rôle n’est d’accaparer les terres, l’État garantit au plus petit producteur l’accès aux terres », a dit M. Baldé, un économiste de formation.

Pour lui, l’agrobusiness permet d’aménager plus de terres en donnant les surfaces cultivables aux populations rurales qui, à cause de leurs moyens faibles, n’ont pas la possibilité de les mettre en valeur.

« Elle ouvre de nouvelles opportunités par rapport à ce que nous connaissions, c’est-à-dire l’exploitation agricole familiale. Elle attire des investissements nouveaux, améliore les technologies et booste les productions », a ajouté le ministre.

A quelque niveau où l’on se trouve, a-t-il expliqué, « quelle que soit la taille de l’exploitation agricole ou du service, on fait du business à partir de son activité. Ce qui confère à l’agrobusiness son caractère inclusif ».

« Agribusiness Forum » de EMRC est coorganisé par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le Consortium panafricain de l’agrobusiness et l’agro-industrie (PanAAC), en collaboration avec la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) et le secteur privé africain.

Il vise à renforcer le secteur agricole et agro-alimentaire en Afrique, en encourageant les partenariats, l’échange de bonnes pratiques et en attirant les investissements.

Source : APS

Laisser un commentaire

Top