Categorized | Economie

Exportation de la mangue : des acteurs lancent une plateforme de dialogue public-privé

Exportation de la mangue : des acteurs lancent une plateforme de dialogue public-privé

Des acteurs de la filières mangue ont lancé, mercredi à Dakar, une plateforme de dialogue public-privé permettant de ”résoudre plus facilement” les problèmes liés à l’exportation de la mangue, a constaté l’APS.

‘’Les difficultés de la filière mangue sont principalement liées à la qualité, car le marché est très exigeant et il n’y a pas beaucoup d’entreprises certifiées au Sénégal, qui a un avantage énorme. Le Sénégal a le monopole de la saison entre juin et début août’’, a dit Mehdi Chaker, du Centre de commerce international (ITC) à Genève (Suisse).

Il s’exprimait lors de l’atelier de clôture du projet Netherlands Trust Funds II-Sénégal (NTF2)dont il est le coordinateur, sur ‘’la création de la compétitivité à l’export de la filière mangue de la zone des Niayes au Sénégal’’ .

La plateforme de dialogue lancée, en partenariat avec la Coopérative fédérative des acteurs de l’horticulture du Sénégal (CFAHS), va, selon lui, ”permettre aux intervenants de parler de leurs problèmes et trouver des solutions sous la tutelle des ministères et des organismes concernés.’’

‘’Il y a une production de 180;000 tonnes et des exportations de 8.000 tonnes. Il faut travailler sur l’offre en améliorant la qualité et limage de la mangue au Sénégal. Dans les Niayes, le secteur fait travailler 30.000 personnes. Donc l’enjeu est très important, il faut exporter plus et distribuer plus de richesses’’, a ajouté M. Chaker.

”Le projet NTF2, par les différentes activités de formations d’appui technique, d’accompagnement et d’encadrement fournies, a permis d’enregistrer des résultats immédiats intéressants”, a souligné Ablaye Fall, représentant du ministre du Commerce.

‘’En effet au cours de la campagne 2011-2012, le volume des exportations sénégalaises de mangue a atteint près de 8700 tonnes contre 7658 en 2011, une performance due en grande partie à la forte contribution de ce projet à la filière mangues’’, a précisé M. Fall par ailleurs conseiller technique au ministère du Commerce.

Pour le directeur général de l’Agence sénégalaise de promotion des exportations, (ASEPEX), Malick Diop, ”si les acteurs se retrouvent autour d’une plateforme pour discuter ensemble des stratégies à adopter, cela va permettre des échanges plus faciles sur la question de l’exportation de la mangue”.

Mehdi Chaker a rappelé que le programme NTF2 appuie la filière mangue depuis 18 mois, en identifiant les faiblesses et les opportunités au niveau du marché européen et en essayant de ‘’renforcer les capacités des coopératives et des entreprises en particulier, grâce à des formations pédagogiques sur les bonnes pratiques agricoles’’.

Cependant, selon lui , ”il reste encore beaucoup de chose à faire contre la menace de la mouche, même s’il y a des moyens de prévention faciles et très utiles’’ . M. Chaker a estimé qu‘’ il faut un programme national de lutte contre mouche qui se déplace et voyage d’un pays à un autre en contaminant les autres vergers’’.

‘’Lors de cette journée de la mangue, nous avons appelé à la mise en place d’un projet national voire régional. Les formations pédagogiques sont utiles car elles servent à limiter les dégâts mais un programme national est indispensable pour lutter contre’’ a-t-il conclu.

MF/AD

Comments

comments










Publicité

Google

Google Adsense